Le Sacré de Birmanie

Silhouette : longue et substantielle | Taille : moyenne à grande | Poids : entre 4 et 6 kilos
Poil : mi-long | Robe : colourpoint avec gantage blanc
Tête : triangulaire et arrondie | Yeux : grands, presque ronds, uniquement de couleur bleue
Oreilles : presque aussi larges que hautes | Queue : moyenne

Pour le sacré de Birmanie, la pigmentation du bout des pattes – ou plutôt son absence – est essentielle. Il doit porter des gants blancs pur (on appelle cela le « gantage »), si possible symétriques. La longue fourrure soyeuse est une autre caractéristique de ce chat.
Comme chez les siamois, la robe est plus foncée sur certaines parties du corps : les oreilles, la face, la queue et les pattes. Ces points sont visibles au bout de quelques jours, même si leur aspect n’est définitif qu’à deux ou trois ans.
Troisième critère d’appréciation, la morphologie. Un beau spécimen de sacré de Birmanie est de taille moyenne, mais robuste, avec une ossature lourde.
Pour savoir comment va évoluer un chaton en termes de poids, la morphologie de ses parents est une bonne indication.

Une sacrée race

Le sacré de Birmanie est une race qui a été fixée en France et qui a pris son nom officiel en 1950. Les premiers sujets sont sans doute issus du croisement d’un parent siamois ganté de blanc et d’un parent à poil long.
Du sang persan a probablement été injecté par la suite pour limiter la consanguinité.
Ce sont des chats doux et affectueux, sans être « collants ». Sociable, le sacré de Birmanie s’adapte à la vie de famille, s’entend avec les enfants et les autres animaux, et peut parfaitement vivre en appartement.
n’aimant pas rester seul, il a besoin de beaucoup de soins et d’attention de la part de son maître.

« On ne choisit pas un chat, c’est lui qui vous choisit. »Jacques Laurent

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *